Comme vous vous en doutez un peu et comme vous avez déjà pu le constater, une des principales réjouissances de mon métier de "profdefrancédecollège" consiste à intercepter les "petits mots" des élèves, à les déchiffrer et à les mettre sur mon blog, ce qui en dit long sur le caractère palpitant de ma vie  à tancer vertement le responsable (bon, à lui faire une vague remarque, y a pas mort d'homme non plus!).

Il y a quelques temps donc, je surprends dom juan en train de farfouiller frénétiquement dans sa trousse, puis d'en retirer quelque chose qu'il se met à examiner avec une grande concentration (concentration qui, quand on le connaît, est déjà louche en soi) . Je me doute qu'il n'est sûrement pas à la recherche d'un stylo, étant donné qu'il s'est déjà servi dans la trousse de sa voisine de table, et je lui demande de m'apporter l'objet d'une telle attention. Bon gré mal gré, il finit par déposer ceci sur mon bureau:

P1030772

Comme je vois le mal partout et que le cours de musique a lieu juste après le mien, je commence à le sermonner sur cette déplorable habitude de cacher des "anti-sèches". Ce à quoi il me rétorque, avec beaucoup d'aplomb, qu'il s'agit en réalité de son cours, qu'il a recopié sur de petits morceaux "pour que ça soye plus pratique".

Bien décidée à être méchante jusqu'au bout, je lui fais alors remarquer que le cours de français n'est pas le lieu pour réviser sa leçon de musique. Pas démonté, il me rétorque en me regardant droit dans les yeux qu'il ne la révisait pas, puisqu'il la connaît parfaitement.

Ma cruauté n'ayant pas de limites, je lui annonce donc que je vais vérifier cela aussitôt en lui posant quelques questions, et là, sincèrement outré, il me rétorque:

"ah mais non, vous avez pas le droit, on est pas en cours de musique là!!!"

Et paf!

Pffff, y a plus de respect ma pôv'dame!