Pour "fêter" l'arrivée de l'automne, voici quelques vers, parmi mes favoris, de ce cher Apollinaire (bis repetita placent!)

Je suis soumis au Chef du Signe de l'Automne
Partant j'aime les fruits je déteste les fleurs
Je regrette chacun des baisers que je donne
Tel un noyer gaulé dit au vent ses douleurs

Mon Automne éternelle ô ma saison mentale
Les mains des amantes d'antan jonchent ton sol
Une épouse me suit c'est mon ombre fatale
Les colombes ce soir prennent leur dernier vol


Au passage je suis moi aussi "soumise au chef du signe de l'automne", et dès la semaine prochaine j'entamerai une nouvelle décennie, celle qui me fera définitivement quitter la trentaine et son lot de possibles. Snif!